Crise climatique : notre plus grande menace est le « subversion climatique », déclare le ministre de la défense des Fidji

Must Try

Il appelle à ne pas se tromper d’adversaire. Invité du forum de sécurité Dialogue de Shangri-La, le ministre de la Défense des îles Fidji a affirmé, dimanche 12 juin, que le « changement climatique » constituait une plus grande menace pour son archipel qu’un « conflit » armé. Ce forum, qui a réuni à Singapour les ministres de la Défense d’Asie et du monde entier, a été dominé par les tensions parmi les États-Unis et la Chine au sujet de Taïwan. Il s’est gardé au moment où Pékin rivalise avec les puissances occidentales pour obtenir une influence sur les nations insulaires du Pacifique.

Le ministre fidjien de la Défense, Inia Seruiratu, a préféré évoquer la menace que représente le changement climatique pour son pays, régulièrement frappé par des cyclones. « Les mitrailleuses, les avions de chasse, les navires… ne sont pas notre principale préoccupation en matière de sécurité », a-t-il déclaré aux centaines de délégués qui assistaient à cet événement. « La plus grande menace pour notre existence même est (..) le changement climatique dévastateur causé par l’homme. Il menace nos espoirs et nos rêves de prospérité », a-t-il affirmé.

« Nous sommes assaillis par cet ennemi de tous les côtés »

« Les vagues s’écrasent à nos portes, les vents frappent nos maisons, nous sommes assaillis par cet ennemi de tous les côtés », a poursuivi le ministre, exhortant les autres pays à soutenir les efforts des Fidji pour lutter contre le changement climatique. En septembre, cet archipel du Pacifique peuplé de 900 000 habitants a adopté une loi déclarant l’urgence climatique et mentionnant un cadre juridique pour la réponse que la nation entend y apporter.

D’autres nations insulaires de une région font également face aux menaces du changement climatique. Cela va des cyclones, qui deviennent plus réguliers et plus puissants, à la montée des eaux. Avant la conférence internationale COP26 sur le climat de Glasgow, qui s’est gardée en novembre 2021, les nations du Pacifique, en première ligne pour subir les conséquences du réchauffement, avaient exhorté les pays riches et industrialisés à en faire plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi