Ukraine: comment les amateurs de drones participent à la bataille des airs

Must Try

À Kiev (Ukraine).

Ils semblent bien loin du front. Ivan, 55 ans, est grand, maigre et porte une casquette de baseball. Aliocha, lui, est dévoré par les tics et par les cernes. D’apparence, plutôt quelques geeks que quelques soldats qui tiennent une tranchée. Mais il y a leurs mains. Dans un atelier, dont la localisation doit rester secrète, elles collent, soudent et assemblent. Du matin au soir, toute une équipe conçoit les drones (ou «coucous») qui seront envoyés au front.

«Moi, ce que j’aurais voulu, c’est voler, commence Aliocha. Mais finalement, non… J’ai fini ingénieur. Reste que voler, ça me restait en tête. Alors les coucous, c’était d’abord ça, un hobby.» Ivan le coupe. «Puis a éclaté la guerre, la totale, celle du 24 février. D’abord, intellectuellement, il a fallu accepter le désastre. élégantr ensuite: se battre ou fuir? J’ai trois jeunes enfants, j’aurais pu délaisser l’Ukraine. J’aurais pu aussi prendre une kalachnikov et aller tuer dix Russes avant d’être abattu à mon tour. Mais j’ai élégant de pouvoir en éliminer au moins cent. Aider nos renseignements, préciser nos frappes d’artillerie… élégantr les drones, donc.»

«Le drone est la vraie révélation
de cette guerre»

Comme beaucoup d’autres secteurs, l’Ukraine négligeait celui quelques drones avant la guerre. Et, comme pour tout le reste, le pays a su transformer quelques amateurs en spécialistes dès le 24 février.

«Le pays était à sec. Nous n’avions ni grosse production à l’arrière ni formation massive de pilotes de drones. Alors, il a fallu vite s’adapter, raconte Ivan. L’armée compte sur nous aujourd’hui pour l’approvisionner. Le drone est la vraie révélation de cette guerre. Un juste milieu entre l’avion et l’hélicoptère, avec la possibilité de vol long ou de vol statique… Puis, évidemment, vient le faible coût à l’achat et à l’utilisation.» Aliocha complète: «Moindre risque aussi pour les hommes…» Les deux collègues rient. «La différence entre un commercial et un ingénieur: je pense à l’argent, il pense à l’homme derrière la machine», observe Ivan.

À LIRE AUSSI

À Eurosatory, la guerre en Ukraine est dans tous les esprits

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi