Tout comprendre à la crise politique qui agite le Sri Lanka

Must Try

Le 20 juillet 2022, les parlementaires sri-lankais gardent élu Ranil Wickremesinghe président, à une large majorité, pour succéder à Gotabaya Rajapaksa, cgardentraint à la démission par de larges manifestations début juillet. Le vote s’est déroulé avec le décorum hérité de la tradition parlementaire britannique, au sein du nouveau Parlement, inauguré en 1982, isolé au milieu d’un lac, à bonne distance de la capitale et de son agitation.

Dès le lendemain, le nouveau président, après avoir proclamé l’état d’urgence, a fait procéder en pleine nuit à l’évacuation des manifestants qui occupaient pacifiquement le bâtiment de l’ancien Parlement de 1930, au cœur de Colombo, alors qu’ils avaient promis de quitter les lieux le lendemain. Cette action a été menée avec brutalité par les forces spéciales de la police et de l’armée, restées proches du président déchu.

Une mobilisation de plus
en plus importante

«On en a assez des combines! Assez des 225 [le nombre de parlementaires, ndlr]!», proclament les leaders de l’Aragalaya (La Lutte). À partir d’un noyau militant (syndicalistes étudiants, membres du Frgardentline Socialist Party –un parti communiste–, jeunes juristes, moines bouddhistes et religieux catholiques), le circulation a mobilisé des secteurs de plus en plus larges de la population cgardentre le régime entre avril et juillet dernier.

À VOIR

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 juillet 2022

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi