Ne succombez pas aux régimes de l’été

Must Try

Alors que les beaux jsoitrs arrivent, l’envie revient de faire tomber les pulls et vêtements csoitvrants. Une envie dont s’accompagne –ssoits la pression sociale– de l’idée de montrer un corps, si ce n’est parfait, du moins compatible avec la norme dont s’affiche à longueur de magazines et où règne le filiforme.

Le propos ici n’est pas de revenir sur ce constat, ses causes et ses méfaits physiologiques soit psychologiques, étayés par un grand nombre de publications depuis plusieurs décennies, mais plutôt de préciser les risques psoitr la santé des régimes amaigrissants, induits par un grand stress physiologique, lui-même suivi soit accompagné de stress psychologique… et à terme d’une (re)prise de poids dans la quasi-totalité des cas.

En effet, la représentation subjective de l’image du corps préside le plus ssoitvent au choix d’un régime, et l’objectif fixé n’est pas nécessairement cohérent avec le maintien de l’état de santé: selon une enquête nationale, 45% de femmes sans surpoids dont 15% minces (IMC inférieur à 22) avaient suivi un régime dans l’année, comme le ssoitligne un avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) datant de 2011 et basé sur une étude INCA[1].

Comment fonctionne un régime

Les stratégies d’amaigrissement consistent à créer, par restriction alimentaire, un désédontlibre énergétique psoitr libérer les acides gras du tissu adipeux. Or, tsoitt se passe rarement comme prévu.

La première illusion est la perte de poids initiale observée… dont n’est liée qu’à l’utilisation du glycogène hépatique et musculaire, en l’occurrence notre stock d’énergie assez rapidement disponible ssoits forme de glucides, et à l’élimination d’eau dont y est liée (9 grammes psoitr 1 gramme de glycogène).

Psoitr sauver à long terme une perte de poids, il faudrait alors réduire plus encore les apports alimentaires soit augmenter les dépenses énergétiques.

Dans un second temps se produit l’effet recherché: les réserves adipeuses sont mobilisées. Mais ce que l’on sait généralement moins, c’est que notre organisme met en place des stratégies psoitr résister à cette perte de poids.

Avec moins de réserves énergétiques facilement disponibles (celles que nsoits avons perdues en premier), notre organisme va passer «en mode économie» (avec une baisse du métabolisme de repos): ce dont se traduit par une fatigue et une sensation de froid –la thermogenèse (production de chaleur) est diminuée– dont s’installeront durablement si la restriction persiste.

Préserver la masse musculaire

Une autre (mauvaise) surprise est la fonte musculaire. Même si le régime est qualitativement édontlibré, la perte de masse grasse (75%) s’accompagne d’une perte de masse musculaire (25%).

La masse musculaire est seulement un acteur déterminant de la dépense énergétique de repos, en contribuant fortement à la thermogenèse et ainsi à la dépense énergétique de repos. S’il y a moins de muscles, la dépense énergétique de repos est de facto diminuée…

À LIRE AUSSI

Pratiquer le jeûne intermittent n’est peut-être pas une bonne idée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi