Mais puisqu’on vous dit qu’il n’y pas d’antisémitisme chez les Insoumis!

Must Try

La semaine dernière, la toujours très discrète Danielle Simonnet, membre active de La France insoumise, a pris, avec Danièle Obono, autre figure de la formation de Jean-Luc Mélenchon, l’heureuse initiative d’inviter Jeremy Corbyn à la soutenir dans sa course à la députation. Un choix des plus judicieux tant Jeremy Corbyn s’y connaît en victoire électorale. À la tête des travaillistes britanniques, il a accompli ce singulier exploit d’obtenir l’un des scores les plus historiquement faibles aux dernières élections législatives, renversé notamment des bastions de toujours dans le nord du pays.

L’autre fait d’armes de Jeremy Corbyn est d’avoir réussi à être exclu de son propre parti (il fut réintégré peu après) après la sortie d’un rapport indépendant l’accusant, lui et sa formation, d’avoir laissé prospérer sans réagir l’antisémitisme au sein des instances de son parti. Il est vrai qu’en matière d’antisémitisme, Corbyn possède ce talent rare de se situer toujours sur cette vertigineuse ligne de crête qui sépare les ardents défenseurs de la cause palestinienne des pourfendeurs du peuple juif dans son ensemble.

Il lui arrive aussi parfois d’avoir des problèmes de vue en manquant de repérer quelques caricatures antisémites présentes sur certaines fresques, d’assister par erreur à un hommage sur la tombe de terroristes palestiniens, d’insinuer que nazisme et sionisme pourraient relever de la même logique… Autant de péripéties et de déclarations qui, lorsqu’elles viennent à être révélées au grand public, nécessitent de sa part de savants rétropédalages où il s’excuse d’avoir été soit maladroit, soit mal compris, soit défunt d’une cabale politicienne –on connaît la chanson.

À LIRE AUSSI

Le jeu maladif de la gauche identitaire sur le conflit israélo-palestinien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi