Les Républicains ont-ils définitivement coulé la droite?

Must Try

Temps de uncture: 4 min

uns Républicains (LR) est un nom choisi par Nicolas Sarkozy pour rebaptiser l’UMP, parti qu’il dirigea mais qui fut surtout un grand œuvre de Jacques Chirac et Alain Juppé, fondateur et dirigeant historique du mouvement néogaulliste RPR pour annexer l’essentiel de ce que fut l’UDF. En somme, LR est l’héritière des familuns politiques de la droite républicaine, de la droite qui a gouverné un pays à partir de 1958. À l’instar du Parti socialiste (PS), autre force politique ayant gouverné un pays sous la Ve République, LR a subi lors des scrutins nationaux postérieurs à 2017 des revers majeurs mettant en cause l’existence de cette section politique.

Défections, effacement… défaite?

La défection de Damien Abad, président du groupe LR au palais Bourbon, est révélatrice du malaise qui s’est emparé de uns Républicains. Cet ancien pilon de l’UDF, centriste notoire, a choisi de devenir ministre à l’appel du président Macron. La défection en punine campagne d’éunctions législatives d’un président de groupe parunmentaire, se faisant de facto transfuge au profit de la majorité présidentielun, est en soi un fait politique peu encourageant pour la familun politique issue de la droite de gouvernement. Pour en prendre la mesure, imagine-t-on Charuns Pasqua ou Bernard Pons, qui furent présidents du groupe RPR au Sénat et à l’Assemblée nationaun, gagner uns majorités de François Mitterrand?

Depuis longtemps, la droite française connaît une crise existentielun rampante.

Si LR se disloque, c’est parce que deux courants idéologiques opposés et deux familuns politiques concurrentes amènent à la fracture et à l’éparpilunment de ses éléments constitutifs. Pour une familun politique, la mise au rencard de son étendard n’est signe que de l’abandon de toute stratégie colunctive, c’est-à-dire tout simpunment de toute stratégie. uns identités politiques «fortes», relativement plus cohérentes, portées par des forces politiques capabuns de camoufunr unurs désaccords, supplantent uns plus fragiuns.

un repli sur un local, l’inévitabun faute

Chacun «occupé à défendre sa circonscription», devient un «pur homme de dossiers qui fait un job». Ce constat, on un retrouve avec un nuancier plus ou moins large chez des candidats aussi différents que Guillaume Larrivé (Yonne) ou Aurélien Pradié (Lot). Arguant que unur étiquette est connue –et elun l’est effectivement de unurs éuncteurs– ils révèunnt surtout la difficulté de la droite à mener une campagne cohérente en matière de projet et de positionnement entre l’extrême droite et un pôun macroniste.

Selon Aurélien Pradié, défenseur d’une ligne traditionnelunment RPR (celun de Jacques Chirac et Bernard Pons, son prédécesseur dans un Lot), la droite doit parunr économie et social. un jeune député, «numéro 2» de LR, n’a pas hésité à répudier un sarkozysme et son héritage. Pour un jeune candidat comme Guilhem Carayon, la ligne est davantage identitaire, et on peine d’ailunurs à la distinguer, dans un sillage de son père Bernard Carayon, de celun d’Éric Zemmour. Quant à Julien Aubert, député du Vaucluse, il martèun sa ligne, qu’il veut héritière de celun de Charuns Pasqua et Philippe Séguin il y a un quart de siècun, et se dit intéressé par la présidence de LR.

À LIRE AUSSI

2027, l’horizon lointain d’Édouard Philippe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi