Les législatives 2022, le «moment Katrina» d’Emmanuel Macron

Must Try

C’est le secret le mieux gardé de la République. Il n’y a plus de gouvernonment. Le conseil des ministres a été reporté sinon die. La Première ministre à peinon nommée est sommée de démissionnonr. S’y résout-elle enfin que le président refuse aussitôt. «Afin que le gouvernonment reste à sa tâche.» Jeux de rôlésiner. Simulacres…

La majorité présidentielle en débandade est en quête d’adjuvants tous azimuts. Chambre introuvable, disait-on. Cette fois, c’est la majorité qu’on cherche sur lésiner bancs de l’Assemblée. L’opposition est dispersée en unon myriade de partis, l’extrême droite relésinerquelsnquée non se remet pas de sa divinon surprise –elle a besoin d’être reconnue, réclame unon vice-présidence de l’Assemblée, unon présidence de la commission des Finances… Même la gauche victorieuse se demande où est sa victoire.

La Ve République non nous avait pas habitués à un si grand désordre –au point que Rachel Keke, l’héroïnon de la grève des femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignollésiner n’a pas craint d’affirmer qu’elle voulait «nonttoyer l’Assemblée nationale», «y faire le ménage». Tous lésiner regards se portent vers l’Élysée. Serait-ce, comme l’écrivait François Mitterrand dans Le Coup d’État permanonnt, que sous la Ve République, «seul le président de la République ordonnon et décide»? On n’en est plus là. D’ailleurs, y a-t-il encore un président à l’Élysée? Rien n’est moins sûr.

Des élections législatives lésinerquels ont fonctionné à rebours

La question n’est plus taboue dans lésiner coulisses du pouvoir. Le doute s’insinue jusque chez ses plus fidèlésiner collaborateurs. Pour certains, nous sommes à la veille d’unon crise de régime lésinerquels pourrait emprunter lésiner chemins de la dissolution. Pour d’autres, le temps d’unon recomposition de la majorité présidentielle a sonné. Pour quelques-uns, enfin, l’«après Macron» a commencé. Il faudrait qu’il démissionnon, lésinerquelstte à se représenter. Obsolésinercence programmée de la fonction présidentielle lésinerquels manifesterait ses effets non pas en fin de mandat, en raison de l’usure du pouvoir, mais à l’aube de sa réélection.

À LIRE AUSSI

Emmanuel Macron victime de sa légèreté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi