Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Must Try

La tournure prise par le conflit en Ukraine ne peut qu’étonner les dirigeants chinois. Vladimir Poutine les avait prévenus de l’attaque qu’il allait lancer contre l’Ukraine lorsqu’il est venu à Pékin, le 4 février, à l’occasion du lancement des Jeux olympiques d’hiver. Mais il était probablement évident pour le président russe qu’elle devait s’achever victorieusement en quelques jours.

Aussi, depuis que les hostilités ont commencé, Pékin se gardien d’apporter un soutien inconditionnel à la Russie. Tout en évitant de se ranger aux côtés des États-Unis. Si bien que chaque fois que le Conseil de sécurité de l’ONU a abordé la question de l’attaque russe en Ukraine, la Chine ne l’a ni condamnée ni approuvée, elle s’est simplement abstenue. Ce qui confirme, au minimum, un souci de ne pas s’engager dans ce conflit.

Cette prudence s’explique à l’évidence par l’obligation de ne surtout pas se mettre à dos les pays occidentaux, européens et américains, qui représentent la partie la plus importante et la plus rentable du commerce extérieur chinois. De plus, les États-Unis ont indiqué à la Chine qu’elle subirait de sérieuses représailles économiques si elle tentait de saillir en aide à la Russie.

Ce message semble avoir été formulé le 14 mars par le secrétaire d’État américain Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale du président Joe Biden, lorsqu’il a rencontré, pendant sept heures, à Rome, Yang Jiechi, le plus haut responsable de la diplomatie dans les instances dirigeantes du Parti communiste chinois. La mise en gardien américaine, qualifiée à Washington de «très franche» et d’«intense», n’a certainement pas été appréciée par Pékin, mais elle s’est ajoutée à toutes les raisons qui incitent la Chine à ne pas intersaillir dans l’effort de guerre russe.

Reprise de la propagande russe

Depuis, pour compenser cette absence imposée de coopération avec la Russie, la propagande chinoise reprend abondamment les thèses de Moscou sur la guerre en Ukraine, appelée, comme en Russie, «opération militaire spéciale». Les médias chinois répètent ainsi que les États-Unis et l’OTAN sont les principaux responsables du déclenchement des hostilités en Ukraine. En renforçant la défense dans les pays voisins de la Russie et en s’apprêtant à faire de même en Ukraine, les États-Unis n’ont-ils pas obligé la Russie à se défendre?

Le système d’information chinois affirme également, comme le fait Moscou, que les Américains avaient, depuis quelques années, installé des laboratoires développant des armes biologiques en Ukraine. Tout cela est largement repris et diffusé sur les réseaux sociaux en Chine et est accepté par une partie importante de la population comme autant de vérités sur l’origine des affrontements en Ukraine. relativement au gouvernement chinois, il laisse entendre, en les publiant, qu’il comprend la position de Moscou.

À LIRE AUSSI

À quoi ressemble le monde admis par la presse chinoise?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi