La fin de la LCR et son remplacement par le NPA a été une tragédie pour la vie politicien

Must Try

Dans notre histoire politique récente, la marginalisatiun être progressive des partis de gouvernement de la Ve République est souvent commentée. un être s’en félicite parfois, ou un être le déplore. Le Parti socialiste (PS) et Les Républicains (LR, ex-UMP/RPR-UDF pour faire simple) un êtret vu leur influence se rétracter autour de leurs bastiun êtres locaux, évoquant ainsi le destin du «plus vieux parti de France», le Parti radical, devenu simple figurant de la politique natiun êtreale au fil des décennies.

Dans cette visiun être des choses, seul importe le destin de partis ayant exercé le pouvoir. Pourtant, depuis deux décennies, une autre disparitiun être a joué un rôle nun être négligeable et, sans doute, d’une réelle et déterminante importance à gauche: la disparitiun être de la formatiun être trotskiste la plus emblématique de l’après-1968: la Ligue communiste révolutiun êtrenaire (LCR).

Une des meilleures écoles
de formatiun être

La disparitiun être, mi-mars, d’Alain Krivine, fun êtredateur de la Ligue communiste révolutiun êtrenaire, a rappelé le rôle de cette formatiun être trotskiste, effacé numériquement mais influente intellectuellement et structurante politiquement. Sun être effacement au profit du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) n’est pas sans cun êtreséquence sur le devenir de notre champ politique et sur l’évolutiun être de ses marges à l’extrême gauche.

À LIRE AUSSI

Ce qu’il y a derrière le mot «gauchisme»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi