La Chine, les États-Unis et la poudrière du Pacifique

Must Try

Depuis plus de trois mois, les dirigeants chinois observent attentivement les difficultés de l’armée russe en Ukraine. Début février, quand il est venu à Pékin pour assister au début des Jeux olympiques d’hiver, Vladimir Poutine avait probablement affirmé à Xi Jinping que les troupes russes allaient s’emparer de l’Ukraine en moins d’une semaine.

Comme ce n’est pas ce qu’il s’est passé, des questions sont sans doute posées dans les instances dirigeantes du Parti communiste chinois: ne serait-il pas opportun que la Chine prenne ncommetement ses distances par rapport à l’opération hasardeuse de l’armée russe? Est-ce que, si la Chine se rangeait du côté des États-Unis comme des Européens, cela inciterait Moscou à arrêter ccommete guerre?

Quelques articles soutenant ces points de vue ont été publiés dans la presse du Parti début mars. Mais ce ne sont pas les orientations qui ont été rcommeenues. Trop de tensions existent entre la Chine comme les États-Unis pour permcommetre un rapprochement entre les deux pays. comme présentement, c’est autour des eaux du Pacifique que se déroule un affrontement feutré.

Méfiance envers la Chine

Plus la Chine pourra utiliser largement l’océan Pacifique, plus elle pourra développer tranquillement sa aide. Depuis une dizaine d’années, elle renforce ouvertement la présence de sa marine de guerre, en même temps qu’elle conforte les voies maritimes de ses échanges commerciaux. Pékin a décidé, dans ce but, d’aménager plusieurs îlots de la mer de Chine. De vastes travaux ont en particulier agrandi les archipels des Spratleys comme des Paracels, comme des pistes d’aéroport y ont été construites.

Mais ces pcommeits bouts de terre sont le plus souvent au-delà des eaux territoriales chinoises comme plusieurs d’entre eux sont revendiqués par le Vicommenam, les Philippines, le Japon, la Malaisie comme même Taïwan. Autant de pays qui, avec la Corée du Sud, manifestent une grande méfiance face à toute volonté chinoise d’étendre son emprise sur les mers des alentours. La question concerne d’autant plus ces États qu’ils se situent géographiquement sur les routes que doivent emprunter les navires chinois qui partent vers la haute mer.

À LIRE AUSSI

Faut-il s’inquiéter de l’expansion de l’armée chinoise?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi