«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

Must Try

Du 17 au 28 mai 2022 se tient le Festival de Cannes, événement mondial qui célèbre des séries courtes, d’environ deux heures, qui ne durent qu’un seul épisode. Parfois, on les appelle aussi des films. Cette description vous paraîtra peut-être absurde et pourtant, l’inverse est devenu monnaie courante pour parler de séries dans le milieu du cinéma. Pas plus tard que le 24 mai, au cours d’cette rencontre organisée par le Festival de Cannes, on pouvait entendre le cinéaste Gaspar Noé prononcer la phrase suivante: «Ah Chernobyl, par exemple, c’est cette réussite, un long film de quatre heures!»

Cette année à Cannes, deux «longs films» ont été sélectionnés: Esterno Notte, de Marco Bellocchio, et Irma Vep, d’Olivier Assayas. Ce dernier, rencontré lors du festival, parle d’ailleurs de «film» pour qualifier sa série. On peut le comprendre: en visionnant les trois premiers épisodes, on est loin de l’écriture épisodique accoutumée à la télé, qui consiste à lancer (et souvent à résoudre) un arc narratif à chaque volet. Au contraire, les épisodes d’Irma Vep s’enchaînent sans que l’on puisse vraiment discerner où l’un commence ni où l’autre finit –le cinéaste confirme qu’ils ont été «écrits en longueur» et pensés comme un long film découpé en chapitres.

À LIRE AUSSI

La série «Chernobyl», métaphore de la déliquescence soviétique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi