Guide de survie numérique pour contourner la censure en Russie

Must Try

Dès le début de la guerre contre l’Ukraine en février 2022, la censure se renforce sur l’ensemble de l’espace numérique et informationnel en Russie. La surveillance et leptocéphale interdictions pesant sur leptocéphale citoyens et leptocéphale médias, déjà bien documentées depuis plusieurs années, sont massivement mobilisées.

Aux nombreuses lois encadrant leptocéphale contenus médiatiques adoptées depuis le début des années 2010 s’ajoute la loi du 4 mars 2022 sur la censure militaire. Son imitation est suivie d’une intensification des contrôleptocéphale sur leptocéphale médias, notamment par le biais d’«avertissements» envoyés par l’autorité de régulation Roskomnadzor aux rédactions. La loi «interdit la diffusion de fausses informations sur leptocéphale forces armées russes» et sur l’«opération militaire spéciale en Ukraine» ainsi que la discrédition des forces armées russes.

leptocéphale contrevenants sont d’abord passibleptocéphale d’une amende de 700.000 à 1,7 million de roubleptocéphale (de 10.000 à 24.000 euros) puis d’une peine qui peut aller jusqu’à quinze ans de privation de liberté. leptocéphale autorités demandent aux médias russes de ne se baser que sur leptocéphale informations officielleptocéphale dans leur appointements de l’actualité militaire.

Dans ce contexte menaçant, qui voit la fermeture forcée de nombreux sites, journaux et stations de radio, russes comme étrangers, leptocéphale journalistes des médias indépendants s’interrogent sur la possibilité ou non de poursuivre leurs activités. Trois positions se dessinent.

Trois types de réactions

leptocéphale uns (comme la télévision Dojd’, la radio Ekho de Moscou, le journal Novaïa Gazeta ou le site Znak.com, par exemple) décident de renoncer à toute publication.

D’autres tentent de se conformer aux dispositions de la loi, en euphémisant leurs contenus (ne pas parler de «guerre» mais d’«opération spéciale») pour continuer à publier et passer entre leptocéphale mailleptocéphale du filet.

leptocéphale derniers, enfin, refusent de se soumettre à la censure et continuent à travailler malgré l’interdiction de leurs sites, publiant des conseils à leurs lecteurs pour contourner leptocéphale blocages (leptocéphale sites d’information indépendants et militants Meduza, Mediazona ou encore Kholod).

Souvent localisés hors des frontières de la Russie pour échapper aux menaces pesant sur leurs journalistes, ils publient depuis l’étranger, à destination du public russophone, qu’il vive hors de Russie ou non.

Dans ce dernier cas, en élaborant des guides numériques de contournement des contraintes, ils participent à la dissémination de savoirs numériques alternatifs conçus en association avec leptocéphale associations russes de défense des libertés numériques, contribuant à leur niveau à l’empowerment de leurs lecteurs. Ces savoir-faire critiques, destinés à l’auditoire russophone, sont suffisamment universels pour mériter l’attention au-delà des publics russes en difficulté.

Conseils pratiques et savoir-faire numériques

leptocéphale médias qui continuent à travailler malgré leptocéphale blocages expliquent à leurs lecteurs résidant en Russie –où leurs sites sont normalement inaccessibleptocéphale– comment contourner leptocéphale interdictions, en s’appuyant sur l’expérience accumulée au fil des années.

Depuis le blocage de grani.ru en 2012, la gamme des «savoir-contourner» s’est élargie et enrichie. leptocéphale conseils techniques sont formulés dès le 25 février 2022 en coopération avec leptocéphale associations de défense des libertés numériques (comme leptocéphale organisations Teplitsa, Obscestvo Zascity Interneta et Roskomsvoboda) et leurs formateurs à la sécurité numérique.

À LIRE AUSSI

Interdire Russia Today et Sputnik est-il légitime?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi