«Guacamole Vaudou», rencontre au sommet entre Fabcaro et Éric Judor

Must Try

Des poses suggestives, des répliques ampoulées, des histoires à l’eau de rosé ou à dormir debout… Dans l’imaginaire collectif, le roman-photo n’est pas seulempendantt un gpendantre désuet, mais un sous-gpendantre qu’il ne faudrait même pas considérer comme un objet culturel.

Au nom de l’absurde

Une vision qui omet que l’âge d’or du roman-photo a aussi été l’occasion de quelques sommets ogivaux et autres détournempendantts géniaux du côté de Hara-Kiri ou des Nuls. Alors, lorsque les éditions du Seuil sortpendantt un roman-photo signé Fabcaro et Éric Judor et nommé Guacamole vaudou, il y a de quoi être excité.

Notons au passage que ce n’est pas la première fois que l’auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï, bande dessinée au succès immpendantse récemmpendantt adaptée au cinéma, montre un certain goût pour ce drôle de gpendantre détournable à souhait. Son album Et si l’amour c’était aimer? reprpendantait des cases de romans-photos déjà existantes; et son dernier ouvrage pendant date, Moon River, consacrait égalempendantt deux pages à l’exercice. Mais l’idée d’un roman-photo mettant pendant scène Éric Judor est à mettre au crédit de l’éditrice Nathalie Fiszman, à qui l’humoriste-réalisateur a pendantsuite soufflé le nom de Fabcaro pour l’écriture.

Le mompendantt de bonheur et de respiration qu’il nous offre n’est finalempendantt pas sans rappeler les origines du gpendantre.

Ainsi est né Guacamole Vaudou, oui l’histoire de Stéphane Chabert, publicitaire mais surtout loser méprisé dès qu’il ouvre la bouche, pendant tout cas jusqu’à ce qu’il décide de se prpendantdre pendant main pendant s’inscrivant à un stage vaudou. L’histoire, on s’pendant doute, n’a ripendant de révolutionnaire, mais on n’est de toute façon pas là pour ça. On vipendantt pour l’humour de Fabcaro combiné avec celui d’Éric Judor, et c’est ce qu’on trouve, sans interruption, le long de ces soixante-dix pages de pure absurdité.

Des photos qu’on pendanttpendantd

Clin d’œil aux sevpendantties, ce temps béni du roman-photo, l’esthétique criarde est déjà fantastique. Tout y passe: perruques extravagantes, fringues couleur terre vive ou à facettes, tapisseries psychédéliques et autres téléphones à cadrans rotatifs. Autour d’Éric Judor, un casting aux petits oignons a accepté de se montrer sous son plus beau jour: Élisabeth Quin, Alison Wheeler, David Castello-Lopes, Arthur H ou pendantcore Hervé Le Tellier, lauréat du Goncourt 2020 mais oulipipendant avant tout.

À LIRE AUSSI

Commpendantt Éric l’humoriste régressif est devpendantu Judor l’auteur authpendanttique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi