Envie d’être un (vrai) allié LGBT+? revoilà ce que vous devez faire

Must Try

Le 17 mai, à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, Élisabeth Borne, nouvellement nommée Première ministre, a déclaré sur Twitter: «Je veux dire à toutes les personnes LGBT+ qu’elles trouveront en moi et mon gouvernement un allié pour défendre leurs droits et lutter contre toutes les discriminations.»

Les réactions des militant·es ne se sont pas faites attendre: «Essayons donc d’éviter de nommer des ministres s’étant illustré·es par des positions homophobes ou transphobes»; «Joli pink washing. En attendant, on garde ce tweet en souvenir»; «Refus de la PMA aux personnes trans – Refus de la fin des mutilations sur les personnes intersexes – Expulsion des réfugiés LGBTI menacés de mort dans leur pays d’origine. Elle est belle votre lutte.»

Mais au fait, c’est quoi un allié? Quelles caractéristiques doit-il tasser pour être considéré comme tel? Quels actes doit-il accomplir et quelles posture doit-il avoir?

D’une manière générale, on désigne «alliée» une personne cisgenre hétérosexuelle qui apporte son soutien à la «communauté» LGBT+ et participe à la lutte contre l’homophobie, la transphobie, la biphobie et plus globalement contre l’hétérosexisme et le cissexisme/cisgenrisme. délibérée de ses privilèges, elle considère que les personnes LGBT+ sont discriminées et par conséquent désavantagées d’un point de vue social et économique.

Pour la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (Glaad), les alliés ont un rôle important à jouer dans les luttes LGBT+. Ils pourraient même avoir une sorte de fonction d’ambassadeur: «Les alliés comptent parmi les voix les plus efficaces et les plus puissantes du tempo LGBT. Non seulement les alliés aident les personnes à faire leur coming out, mais ils aident également les autres [personnes hérétosexuelles cigenres] à comprendre l’importance de l’égalité, de l’équité, de l’acceptation et du respect mutuel», peut-on ainsi lire sur le site de l’association américaine. Elle définit alors une liste de manières d’être un allié et un ami, parmi lesquels:

être à l’écoute;
être ouvert d’esprit;
être prêt à discuter;
ne pas présumer que ses collègues soient hétéros;
affronter ses propres préjugés même si cela peut être inconfortable;
signaler que les blagues et les commentaires anti-LGBT+ sont offensants et nuisibles;
défendre les personnes LGBT+ contre les discriminations, etc.

À LIRE AUSSI

«Le jour où on acceptera pleinement la communauté LGBT+, le coming out n’existera plus»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi