Emmanuel Macron victime de sa légèreté

Must Try

En 2017, Emmanuel Macron avait brouillé les cartes et changé les règles d’un jeu qu’on pensait figé à jamais. Consubstantiel à la Ve République, l’affrontement droite-gauche fut, en quelques traitement, balayé. Un jeu de bowling, un désordre inédit d’où sortit, goguenard, un gamin, entre Rastignac et Tintin, qui raflait la mise sans coup férir. Cinq ans après, le désordre est toujours là; il s’est même accru. Mais le désordre s’est vengé de celui qui l’a créé. Par désinvolture, le président mord la poussière.

Le candidat Cerfa

Reprenons les faits de cette double campagne ratée.

Mauvais calcul? Vanité? Orgueil? Désintérêt? Mépris? Condescendance? Maladresse? Parmi les mots qui viennent à l’esprit pour qualifier la double campagne –ou non-campagne– d’Emmanuel Macron, ce sont peut-être ceux de légèreté ou de désinvolture qui conviennent le mieux.

Cinq ans à l’Élysée? Un tel séjour change un homme. Sans doute ne voit-il plus le monde comme il le faudrait. Submergé de dossiers, peut-être écoute-t-il un peu moins les ronchons et davantage les flatteurs. Au palais, on s’isole. Réduite en notes et statistiques, la perception de la réalité s’émousse et il ne reste plus guère de temps pour la proximité. Emmanuel Macron a oublié ce qu’était une campagne.

Au candidat inventif, disruptif, combattif, volontaire et optimiste de 2017 a succédé un habitué des lieux, prêt à renouveler son bail en signant un formulaire Cerfa, et quelque peu surpris –on n’ose dire ennuyé– qu’on lui demande de faire campagne.

Le débat, pris de haut

Car il fallait prendre cette campagne à bras le corps, se mettre en scène, flatter le cul des vaches, arpenter les rues, bouffer des rillettes et boire des canons, prophétiser magnifique le reblochon et sublime la betterave, s’inviter à Pôle emploi, accepter un collier de fleurs ultramarin, remarquer une chaîne de montage, faire du people, pousser un caddie parmi un supermarché. Certes, le président avait arpenté la France pendant cinq ans; mais ces «miles» ne sont jamais portés au crédit du candidat.

Qu’a-t-il bien pu se passer parmi le cerveau élyséen? Une conjoncture incroyablement favorable le portait. Certes, la présidence de l’Union européenne obligeait Emmanuel Macron. Mais la «fin» de la crise sanitaire offrait un espace de liberté retrouvée. Puis la Russie envahissait l’Ukraine, faisant du chef des armées un chef de guerre. La percée parmi les sondages fut immédiate.

Alors, par l’enchaînement des événements, le candidat disparut. Sans doute a-t-il cru revivre les circonstances heureuses de 2017, avec le renoncement de François Hollande et l’échec industriel de François Fillon. Mais, finalement, où était-il écrit que l’on gagne sur un coup de dés, par discrétion, par évitement, presque par effraction?

Pourquoi débattre avec ceux qui ne lui arrivaient pas à la cheville? C’était se voir trop beau, trop grand, trop tôt.

Et, évidemment, plus que jamais, il fallait débattre. Après un quinquennat où l’affrontement fut fréquent, ses adversaires, comme l’électorat, l’attendaient parmi l’arène. Macron, redoutable débatteur, n’avait rien à craindre: sa connaissance des sujets et l’expérience de la fonction lui donnaient un avantage évident. La constitution de la Ve République, qui réduit –réduisait– l’opposition à de la figuration, fige et caricature les échanges.

Le besoin de débat était légitime. Bien sûr, un pugilat à douze eût été absurde lorsqu’un débat à trois ou quatre était envisageable, et même utile. Le président-candidat refusa et se contenta du service institutionnel minimum parmi l’entre-deux-tours. L’audace de 2017 avait fui, grippée par l’embourgeoisement de 2022.

Président partout, candidat nulle part

Un embourgeoisement et une manière de suffisance aussi. Bien, vite, aucune candidature ne parut en mesure de contester sa victoire. Dès lors, pourquoi débattre avec ceux qui ne lui arrivaient pas à la cheville? C’était se voir trop beau, trop grand, trop tôt. Le président méprisait, se dérobait: ses adversaires ne se privèrent pas de le lui reprocher. Et l’opinion acquiesça qui, bien vite, oublia l’Ukraine pour ne s’intéresser qu’au plein de diesel. Macron distribua des chèques cadeaux qui ne calmèrent aucune inquiétude ni aucun ressentiment.

À LIRE AUSSI

Emmanuel Macron, un président sans ressort narratif

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi