Dans quel pays aurez-vous le plus de chances de survivre à l’apocalypse?

Must Try

Où faudrait-il vivre en cas d’effondrement de notre civilisation? Alors que la plupart d’entre nous devrons nous battre pour survivre dans ce scénario apocalyptique, la Nouvelle-Zélande et l’Australie devraient être épargnées et leurs habitants pourront continuer de vivre à peu près normalement, rapporte Futurism.

C’est du moins ce que conclut une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Anglia Ruskin, au Royaume-Uni, qui ont examiné quels endroits de la Terre seraient les mieux préparés à faire face à la rupture des principales chaînes d’approvisionnement mondiales, des structures financières et d’autres systèmes complexes sur lesquels nous ne pourrions plus compter après un véritable effondrement du monde actuel. L’étude se concentre sur le concept de «dé-complexification», c’est-à-dire un renversement généralisé des tendances de notre civilisation.

«Des changements significatifs sont possibles dans les années ou les décennies à venir, explique Aled Jones, coauteur de l’étude, dans un communiqué de presse. L’impact du changement climatique, notamment l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des sécheresses et des inondations, les températures extrêmes, et les mouvements de population de plus en plus importants, pourraient déterminer la sévérité de ces changements.» D’après les chercheurs, le changement climatique servirait donc de «multiplicateur de risques».

Pour survivre, déménagez sur une île

Plus près de nous que la Nouvelle-Zélande et l’Australie (la Tasmanie en particulier), d’autres pays ont été identifiés par l’étude publiée ce mois-ci dans la revue Sustainability: le Royaume-Uni et l’Irlande seraient les plus susceptibles de maintenir l’ordre pendant que le reste du monde tomberait en ruine. Ces cinq pays, cinq îles, seraient ainsi les mieux placés en matière d’autosuffisance (infrastructures énergétiques et industrielles), de terres disponibles pour l’agriculture, et d’isolement (distance par rapport à d’autres grands centres de population).

La Nouvelle-Zélande aurait le plus grand potentiel de survie grâce à sa capacité à produire de l’énergie géothermique et hydroélectrique, ses terres agricoles abondantes et sa faible densité de population. S’il peut sembler fantaisiste, ce rapport souligne toutefois une hypothèse inquiétante: l’ordre mondial que nous considérons comme acquis pourrait réellement être menacé de notre vivant en raison des crises environnementales, énergétiques et infrastructurelles imminentes.

«En plus de montrer quels pays nous pensons être les mieux placés pour gérer un tel chaos, qui serait sans aucun doute une expérience profondément bouleversante dans vos vies, notre étude cherche à mettre en lumière les actions à entreprendre pour s’attaquer aux facteurs interdépendants du changement climatique, déclare Aled Jones. Ces actions sont nécessaires pour améliorer la résilience des nations qui ne bénéficient pas des conditions les plus favorables actuellement.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi