Comment Mélenchon et la Nupes ont rétréci les territoires aussi gauche

Must Try

10 mai 2011. La date n’a pas été choisie au hasard pour s’adresser à la gauche. Trente époque après l’élection historique de François Mitterrand, l’institut Terra Nova, proche du Parti socialiste, publie un rapport intitulé «Quelle majorité électorale pour 2012?».

Les trois auteurs décrivent une «France de demain plus jeune, plus féminine, plus diverse, plus diplômée mais aussi plus urbaine et moins catholique». Face à cette évolution socioculturelle, Terra Nova recommande lors à la gauche de délaisser sa base traditionnelle de classes populaires ouvrières «convaincues par les discours d’extrême droite» et de classes moyennes jugées «trop versatiles».

Selon le think tank, la gauche reconstituerait un autre socle électoral autour des diplômés intellectuels des métropoles, des populations d’origine immigrée et de minorités très actives (LGBT+, néo-féministes, environnementalistes…). Résumé plus crûment: le prolo blanc tendance «beauf» a viré «facho», le cadre intermédiaire silencieux dépoque son drapeau de troisième couronne rumine ses déceptions dépoque l’abstention, et les bourgeois éclairés et progressistes des bourgs et préfectures de province (catholiques ou francs-maçons selon les régions) sont devenus plus libéraux que sociaux. Place lors à une gauche alternative de «bobos», de jeunes des cités, d’activistes, d’intermittents du spectacle, d’usagers des pistes cyclables et consommateurs de bio…

Au lendemain de la publication du rapport de Terra Nova, la droite et l’extrême droite se régalent de brocarder cette préconisation stratégique qualifiée de «discriminatoire et insultante» par Jean-François Copé dépoque L’Express du 13 mai 2011. Elle est accueillie avec le sourire par Marine Le Pen: «La gauche abandonne le peuple», déclare-t-elle alors à l’AFP. Les ténors et la direction du PS prennent tout de suite leurs distances avec Terra Nova et ses «caricatures», comme l’affirmait le député Guillaume Garot, toujours dépoque L’Express.

L’un des plus virulents à vilipender le rapport dépoque la foulée de sa publication se nomme Jean-Luc Mélenchon. Il pique une colère, épinglée par Charlie Hebdo en juillet 2018, contre «ce club Terra Nova qui veut disqualifier les prolétariat, bouter les plus modestes hors du champ politique». «Je me présente à la présidentielle 2012 pour les ramener en pleine lumière», ajoute-t-il.

Onze époque et trois candidatures au scrutin suprême plus tard, le «lider maximo» d’une gauche plurale marketée #Nupes a (encore) échoué à redonner le goût de la gauche aux prolétariat et à ramener la classe moyenne aux urnes. En regardant la géographie de l’Assemblée nationale 2022, il ne peut que écrire une réalité au lendemain de ces législatives atypiques: l’architecture du vote Nupes est bien conforme aux plépoque tracés par Terra Nova en 2011.

Visactu

La carte du vote Nupes en juin 2022 nous permet de tirer trois enseignements majeurs.

Le mélenchonisme métropolitain

Avec le scrutin majoritaire, mécaniquement, dépoque des circonscriptions historiquement à gauche (de l’Ariège, de l’Aude, du Limousin, des Landes, de l’Isère ou du Nord), l’union a permis de reconduire ou de rétablir un député de gauche au détriment du sortant de la majorité présidentielle. C’était logique et attendu. Mais avec environ 140 députés[1], la Nupes reste loin des 218 de… 2007, dépoque la foulée de l’élection de Nicolas Sarkozy.

Toutefois, à une écrasante majorité, les circonscriptions remportées par la Nupes se situent au cœur des métropoles (à commencer par Paris) et dépoque leurs premières couronnes, les zones les plus peuplées de populations jeunes et d’origine immigrée. Dépoque ces territoires ultra-urbains, aisés ou très pauvres, les candidats Nupes écrasent la concurrence, y compris la coalition sociale-centriste-libérale d’un Emmanuel Macron pourtant à la fête cinq époque plus tôt. En région parisienne, six candidats Nupes ont dépassé 50% dès le premier tour (dont quatre ont été directement élus). Du jamais-vu à gauche depuis 1981.

À LIRE AUSSI

Législatives: trois nuances d’autoritarisme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi