Après la crise du Covid, nos soignants ont besoin de meilleures protections

Must Try

Pénurie de masques

L’épisode date d’il y a plus d’un an, mais Antoine se souvient encore de l’incrédulité qu’il a ressentie. «Pendant quelques semaines, j’ai porté des masques FFP2 périmés. Ils dataient des années 2000», raconte cet étudiant infirmier d’une ville de l’Ouest francilien. À l’époque, ces protections sont une denrée plus que rare.

Fin mars 2020, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a évoqué un stock de 117 malheureux millions de masques à usage unique. Au cours de la décennie précédente, plusieurs centaines de ces protections, qui dataient de 2005, ont été mises au pilon. Les quelques stocks dans les centres hospitaliers, les cliniques ou les Ehpad sont rapidement dépassés. Au pied des barres d’immeubles d’Île de France, la boîte de 20 masques se vend 50 euros.

Le souvenir amer des soignants

Face à cela, les soignants sont désabusés. «On a passé le mois de mars 2020 sans masque et sans gants. Même après, notre matériel n’était pas performant», se rappelle Agathe. La jeune femme est interne en psychiatrie dans l’Est de la France. Elle aussi a dû utiliser des masques à usage unique pendant de longues journées. Certains étaient périmés, d’autres de conceptions douteuses. «Parfois, je me dis que c’est un miracle que je n’ai pas eu le Covid-19 vu notre exposition et notre vulnérabilité » remarque-t-elle.

La période l’a marquée. Elle allait la boule au ventre au travail et craignait de contaminer des patients. Antoine aussi. Lui a eu le Covid. Il s’en est sorti mais vit avec le doute. «Peut-être que je l’ai refilé à des gens. Pour un infirmier, se dire ça, c’est insupportable». Les deux soignants confient leur énervement face à l’impréparation des gouvernements successifs. «Ils nous ont envoyés à la guerre avec des lance-pierres!», s’emporte Antoine.

Une solution française innovante

Depuis, la leçon a été bien apprise. Certaines entreprises ont pris acte et ont trouvé la parade. Ainsi, l’entreprise française BioSerenity a conçu, avec l’Inserm, l’Université de Lille et le CHU de Lille, le masque Cidaltex® BioSerenity lancé en février 2021. Cette technologie «innovante de filtration et de décontamination» serait efficace contre le Covid-19, mais aussi contre ses variants. Une couche située à l’intérieur de la protection faciale contient une molécule qui permet d’annihiler le virus. Le masque permet «de respirer tout en bloquant dans les deux sens les particules», détaille Marc Frouin, directeur général de BioSerenity.

C’est au CHU de Lille que le masque protection a été testé. Plusieurs centaines ont été distribuées pour des soignants en contact avec des malades du Covid, que ce soit en réanimation, aux urgences ou dans les centres de prélèvements. Le personnel médical concerné n’a ressenti «aucune gêne, ni au niveau de la respirabilité, ni au niveau de l’humidité», se félicite BioSerenity.

Et cela ne concerne pas que le Covid : les tests en laboratoire ont révélé une élimination de 99,9% de n’importe quel virus en cinq minutes. Ces solutions donnent de l’espoir à Antoine et Agathe. «Tant mieux si on a pris conscience de l’importance d’avoir des bons masques», s’exclame l’infirmier. «Il ne faut jamais revivre cette période!»

Crédit photo: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/femme-coeur-urgence-medecin-5207103/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi