12 pays pourraient «perdre» jusqu’à 5 millions de femmes dans la décennie à venir

Must Try

Depuis les années 1970, les avortements sélectifs selon le sexe en Chine, en Inde et dans une dizaine d’autres pays ont conduit à un «manque» d’environ 23 à 45 millions de femmes. D’après une nouvelle étude, ces mêmes pays «perdront» encore 4,7 millions de naissances féminines d’ici 2030, ce qui biaisera encore plus leur sexe-ratio, indique Science Alert.

Les scientifiques ont utilisé un modèle qui se base sur 3,26 milliards d’actes de naissance de 204 pays et ont identifié 12 pays ayant des preuves solides de sexe-ratio asymétrique ainsi que 17 autres pouvant aller dans cette direction.

Des conséquences sociétales durables

Leur modèle prédit que d’ici 2100, ces pays perdront 5,7 millions de femmes au total, une fraction de ce qui a été perdu depuis 1970, date à laquelle il devint possible de déterminer le sexe des enfants à naître. Ce manque de femmes peut avoir des répercussions culturelles et sociétales durables. En Chine et en Inde, où les hommes sont aujourd’hui 70 millions plus nombreux que les femmes, la diminution de mariages a déjà conduit à un accroissement inquiétant de la solitude, ainsi qu’à une augmentation de la violence, de la traite des femmes et de leur prostitution.

La bonne nouvelle de cette étude, publiée dans BMJ Global Health, c’est que les 12 pays où se trouvent 95% de toutes les naissances manquantes actuelles montrent aujourd’hui des signes de reprise, en particulier la Chine et l’Inde. Au cours des dernières années, les déséquilibres entre les sexes dans ces deux pays ont commencé à ralentir, les responsables gouvernementaux ayant mis en place des incitations aux naissances féminines et des restrictions sur les avortements sélectifs. Mais l’équipe de scientifiques qui a mené cette étude indique que davantage de travail est encore nécessaire. Ils expliquent qu’il faut prendre plus de mesures immédiates si l’on veut rééquilibrer les sexes dans des pays comme l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan ou encore le Vietnam. D’autant plus si les 17 pays cités comme «pouvant aller dans cette direction» tels que le Pakistan, l’Égypte ou la Tanzanie se mettent à fausser leur rapport de masculinité. Dans ce cas, ce serait 22 millions de femmes supplémentaires qui ne naîtraient pas d’ici 2100.

Bien que ce scénario reste hypothétique, le sujet n’est pas hors propos. À ces avortements fondés sur le sexe s’ajoutent les infanticides féminins, dénoncés par les chercheurs. S’il est difficile de prédire de quelle façon vont changer ces comportements, il est important de comprendre comment ils impactent le bien-être de la population d’un pays. «Ces résultats soulignent la nécessité de surveiller [le rapport de masculinité à la naissance] dans les pays ayant une préférence pour les garçons et de s’attaquer aux facteurs à l’origine de la persistance des préjugés sexistes dans les familles et les institutions», écrivent les auteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Recipes

Block title

More Recipes Like This

Voir aussi