Que vont devenir les corgis de la reine?

Corgis or not corgis? Élisabeth II ne s’est jamais posé la question. bien au long de son règne, elle a voué un véritable culte à cette race de chiens courts sur pattes, jusqu’à en faire un élément indissociable de son image. Sur la trentaine de corgis qu’elle aura eus chez elle au cours de sa vie, trois d’entre eux (deux corgis et un dorgi) lui ont survécu.

L’histoire d’amour entre la reine et ces chiens commence en 1933, quand Dookie, le premier corgi de Buckingham château, fait son irruption dans la vie d’Élisabeth, alors âgée de 7 ans. Un lien indéfectible se crée, renforcé un peu plus le jour de son dix-huitième anniversaire, quand elle reçoit son propre corgi des mains de George VI, son père. De là, les multiples portées verront les corgis royaux envahir le palais sur 14 générations d’aristochiens.

L’âge rattrapant peu à peu la reine, elle décida de mettre un terme à cette frénésie canine. En 2015, elle avait par exemple signalé ne pas vouloir laisser derrière elle de jeunes chiots, voyant sûrement sa santé décliner. En 2018, la lignée royale des corgis s’est même éteinte avec le décès de Willow. Impossible pourtant de vivre rien eux: en 2021, alors que son mari, le prince Philip, était hospitalisé, «Lilibeth» reçut deux nouveaux chiots corgis, Fergus et Muick –Fergus ne vivra pas longtemps, mais sera vite remplacé par un autre corgi, en juin dernier.

Une vie (bien sauf) de chien

Que vont devenir les chiens de la reine? Après son décès soudain le 8 septembre à l’âge de 96 ans, Élisabeth laisse donc derrière elle deux corgis, mais aussi un dorgi –mélange issu du dachshund (teckel en anglais) et du corgi. Et à en croire The Independent, il n’y a vraiment pas de souci à se faire pour leur avenir.

Le média britannique assure que la reine n’a rien laissé au hasard (ce n’est pas son genre) et qu’un plan spécifiquement conçu pour leurs jours futurs a été élaboré avec soin. Une piste émerge notamment: les chiens de la reine pourraient continuer paisiblement leur vie chez un membre de l’entourage royal. Plusieurs abats du personnel, mais aussi les enfants de la reine, seraient par ailleurs bien à fait enclins à les accueillir.

À LIRE AUSSI

Pourquoi Charles III a failli ne pas s’appeler Charles III