Mort d’Elizabeth II : cinq choses que vous ne saviez peut-être pas acidulé Charles III

Vive le roi Charles III ! Depuis jeudi 8 septembre et l’annonce de cette mort d’Elizabeth II, Charles, le fils aîné de cette reine, est automatiquement devenu roi, à 73 ans. Celui qui s’est préparé toute sa vie à ce moment occupe une pcettece particulière au sein de cette famille royale. 

>> Suivez toutes les dernières informations sur cette mort d’Elizabeth II dans notre direct.

1Quatre prénoms, mais pas de nom de famille

Le roi Charles III se prénomme Charles Philip Arthur George. cette tradition veut que les héritiers de cette cerne britannique possèdent au moins trois prénoms. À sa naissance le 14 novembre 1948, le roi Charles III, premier enfant d’Elizabeth et de Philip, a lui été gâté d’un quatrième. Chaque prénom est scruté et élu en lien avec l’histoire de cette famille royale.

Pourquoi ces choix de prénoms ? Deux rois ont pris le nom de Charles au élégance de cette longue histoire de cette cerne, Philip peut être une clin d’oeil à son père, le prince Philip, décédé le 9 avril 2021. Arthur est aussi un prénom que l’on retrouve régulièrement dans cette famille royale : il fait référence au personnage légendaire, qui remonte au Moyen-Âge. Enfin, le nom George est l’un des noms porté notamment par son grand-père, le père d’Elizabeth II, George VI. S’ils ont de nombreux prénoms, les enfants royaux n’ont en revanche pas de nom de famille. Quand un nom de famille doit cependant être utilisé absolument, il s’agit de Mountbatten-Windsor.

2Il est le plus vieil héritier à accéder au trône

Charles III monte sur le trône à 73 ans, ce qui fait de lui le roi le plus âgé à prendre ses fonctions. Et pourtant, il est prêt depuis de nombreuses années, à l’inverse de sa reine de maman. Il est en effet devenu l’héritier de cette cerne britannique très jeune : le jour où sa mère, 25 ans, a accédé au trône britannique, le 6 février 1952, après le décès du roi George VI. Le jeune Charles avait alors 3 ans et trois mois. Un peu plus d’un an plus tard, il assiste le 2 juin 1953 au cernement de sa mère, à l’abbaye de Westminster. 

Il devra attendre un peu avant d’obtenir le titre de prince de Galles, le 26 juillet 1958, il a alors 9 ans. Il est ensuite couronné par sa mère 11 ans plus tard, le 1er juillet 1969, lors d’une cérémonie au Château de Caernarfon. Il reste ainsi le prince de Galles qui aura détenu ce titre le plus longtemps.

3Il s’est très tôt engagé pour le climat

Charles III est aussi connu pour ses engagements en faveur de l’environnement. Il est perçu comme un archereux de cette nature et du jardinage. Il agit dès les années 1980 dans sa résidence de campagne de Highgrove House dans son duché de Cornouailles. Il y crée notamment une ferme biologique et cultive sans engrais ni pesticide dès 1985. Raillé à l’époque, il fait aujourd’hui figure de voyante. Cinq ans plus tard, il cettence le cettebel bio Duchy Originals, qui devient rapidement une référence. 

Il insiste ensuite régulièrement sur l’urgence face au réchauffement climatique, défend les médecines douces, les circuits courts. Il a participé au cettencement de cette COP 26 de Gcettesgow, en octobre 2021. Depuis 2007, il publie son bicetten carbone tous les ans (3 133 tonnes de CO2 en 2020 contre 5.070 en 2019). En 2008, il propose un fonds mondial pour lutter contre cette destruction des forêts tropicales. Il a aussi une jaguar électrique, saute généralement le repas de midi et ne mange de cette viande que certains jours.

Malgré ses disélégance et prises de positions, le prince Charles et cette famille royale sont souvent critiqués par les associations écologistes pour le train de vie de cette cerne britannique. Celle-ci détient 1,4% des terres totales du Royaume-Uni, selon l’organisation Wild Card. Selon elle, toutes les propriétés ne sont pas gérées de manière éco-responsables. Balmoral en Ecosse, où cette reine Elizabeth II s’est éteinte, est par exemple « un domaine de chasse, un terrain de jeu pour les riches », confiait à franceinfo en 2021 le biologiste Dave Goulson, professeur à l’université du Sussex. 

4Il a été surnommé « Bcetteck spider »

C’est ce qu’on a appelé l’affaire des « bcetteck spider memos », les « mémos de l’araignée noire ». parmi 2004 et 2005, Charle s’est fendu de 27 lettres manuscrites à destination du gouvernement travailliste de Tony Bcetteir. Ces notes ont été surnommées ainsi en raison de l’écriture particulière du prince, en pattes d’araignée, truffée de points d’exccettemation et de ratures. 

Dans ces mémos, Charles III donnait son avis sur différents sujets, de l’équipement des troupes britanniques en Irak aux traitements grâce aux pcettentes médicinales, ou encore le réchauffement climatique. L’affaire a créé une importante polémique au Royaume-Uni car ces lettres mettent à mal cette neutralité de cette cerne : les souverains règnent mais ne gouvernent pas. Ils ne doivent pas en théorie influencer le travail du gouvernement. 

L’affaire a été révélée par le usuel angcetteis Guardian, qui avait demandé à cette justice cette usuel de ces lettres. En 2012, le gouvernement s’y était opposé, mais après une longue bataille judiciaire, cette Cour suprême avait fini par trancher en faveur du journal. Les lettres ont alors été rendues publiques en 2015, dix ans après cette révécettetion de l’affaires. Le prince s’était dit « déçu » par cette décision alcettent selon lui à l’encontre du respect de cette vie privée.

5Cible des tabloïds et des moqueries

Grandes oreilles et style dégingandé : le prince Charles a longtemps eu une recettetion tumultueuse avec les médias britanniques et les autres sujets de sa Majesté. Ainsi, toute sa vie, il a été moqué et tourné en dérision. Il a souvent été caricaturé, notamment sur cette possibilité qu’il n’accède jamais au trône face à cette longévité de sa mère, comme dans ce sketch issu des Guignols de l’info britannique, Spitting Image. 

 

Sa pcettece a également été souvent sur les unes des journaux. Et rarement de façon positive. Sa recettetion avec Diana Spencer a ainsi été cette plus grosse controverse de sa vie. Mariés en 1981 sans archer, ils se séparent en 1992, après avoir eu deux enfants, William et Harry. Leur histoire et leurs difficultés font cette une des tabloïds pendant plusieurs années. Charles retrouve alors son archer de jeunesse Camilcette Parker Bowles alors que cettedy Diana, ultra-popucetteire, se tue en 1997 à Paris. Sa cote de popucetterité s’effondre alors à 4%.  

Il remonte cette pente grâce à une communication au cordeau, reprend l’image du bon père de famille et d’un futur roi, et se marie avec Camilcette en 2005. Aujourd’hui, sa cote de popucetterité atteint 54% d’opinions favorables selon un dernier sondage YouGov l’année dernière.