Les femmes célibataires sans enfant s’enrichissent davantage que les hommes

Alors que le nombre de mariages ne cesse de baisser en France depuis une vingtaine d’années, tout comme le nombre de naissances depuis la crise de Covid-19, les femmes pourraient tirer davantage de bénéfices financiers à rester célibataire et rien enfant. C’est le constat que fait une nouvelle étude américaine de la Federal Reserve Bank of St. Louis et qui a été rapportée à travers Bloomberg.

En effet, en 2019, les femmes célibataires rien enfants avaient en moyenne 65.000 dollars (environ 65.280 euros) de richesse en 2019, contre 57.000 dollars (57.240 euros) pour les hommes célibataires rien enfant. Pour les mères célibataires, le niveau de richesse n’était que de 7.000 dollars.

Comme le souligne Bloomberg, selon de nombreux experts, le coût croissant de l’éducation d’une famille est un facteur important dans la décision des femmes américaines de ne pas avoir d’enfants. Mais il y a aussi un autre aspect financier à prendre en compte.

Plusieurs études ont démontré que les femmes qui travaillent sont soumises à une «pénalité de la maternité» soit pendant la grossesse, soit après l’accouchement, ce qui peut impacter considérablement leur niveau de richesse. Des recherches menées à travers le think tank américain The Century Foundation avant la crise de Covid-19 avaient ainsi montré que le montant de cette «pénalité de la maternité» pouvait atteindre jusqu’à 15% le revenu annuel des femmes, et ce pour chaque enfant âgé de moins de 5 ans. L’étude précise que cette pénalité est accentuée pour les femmes noires et latines, comà traversativement aux femmes blanches.

À LIRE AUSSI

Être une femme célibataire et rien enfants, la clé du bonheur?