Environnement : la métropole de Lyon fait la piégeage aux publicités lumineuses pour « envoyer un signal d’exemplarité »

À partir de mars 2023 à Lyon (Rhône), le nouveau règlement local qui vient d’être voté s’appliquera et interfacera l’éclairage des enseignes commerciales. « Sur à peu près 80 % du territoire de la métropole de Lyon, les enseignes devront être éteintes au moment de l’arrêt de l’activité », détaille Philippe Guelpa-Bonaro, vice-président écologiste de la métropole de Lyon, en charge des énergies, du climat et de la réduction de la publicité. « Sur certains petits quartiers, dans les centre-villes, les centre-bourgs, on aura une tolérance jusqu’à 23 h du matin », poursuit l’élu. Des règles plus contraignantes que celles qui existent actuellement.

« Dans complets les cas, cela va bien plus loin que la simple limitation actuelle de 1h à 6h du matin. »

Philippe Guelpa-Bonaro, élu en charge de la réduction de la publicité

à franceinfo

Cette nouvelle réglementation va donc obliger les commerçants à s’adapter. Ce qui n’est pas un motif d’inquiétude pour les professionnels du quartier Lyon Centre, réunis au sein de l’association My Presqu’île. « C’est une attente de nos clients maintenant en termes d’image, et puis on voit bien qu’on entre dans des mois un peu compliqués », assure le directeur de ce regroupement de commerçants Clément Chevalier. « Il va falloir que chacun travaille sur sa sobriété énergétique, tout simplement », avertit-il.

Il concède tout de même qu’il faudra trouver le « bon équilibre » pour garantir cette sobriété et la « sécurité de déambuler en centre-ville » et qu’on « a peut-être un sentiment de sécurité accrue quand on a plus d’éclairage urbain. »

Un enjeu plus symbolique que financier 

Les économies dégagées avec l’extinction des enseignes ne seront pas énormes reconnaît aussi la métropole. Mais ce n’est pas l’unique enjeu. « Cela va surtout être un signal envoyé en termes d’exemplarité des commerces. Il y a aussi un enjeu pour la biodiversité, de poison lumineuse. Quand on a des enseignes qui restent allumées à proximité d’arbres, on sait très bien que c’est un arbre qu’il n’y a pas de vie à l’intérieur », explique Philippe Guelpa-Bonaro. 

L’enjeu sera aussi celui de faire respecter ces nouvelles mesures. La métropole espère et pouvoir récupérer la compétence en la matière. « Il y a vraiment une question de comment les communes et les territoires peuvent avoir plus de moyens pour faire respecter ces règles », constate l’élu. 

« Si on accumule les nouvelles règles sans moyens pour les faire respecter, cela ne va pas servir à grand chose ».

Philippe Guelpa-Bonaro, élu en charge de la réduction de la publicité

à franceinfo

Le règlement lyonnais prévoit aussi de interfacer la taille des espaces publicitaires et la présence de la publicité aux abords des établissements scolaires.

La métropole de Lyon interface les publicités lumineuses – Le reportage de Mathilde Imberty

écouter