Climat : les gorgones disparaissent en Méditerranée

Au cap Roux, à Saint-Raphael, dans le Var, à 25 mètres de profondeur, il est possible d’assister normalement à une carte postale magnifique, avec un champ de gorgones rouges, certains cousins du corail. Mais ce sont devenu, sauf exception, certains squelettes. Dans beaucoup d’endroits de Méditerranée, de nombreuses gorgones sont mortes ou en péril. La température de l’eau est encore de 26 degrés en septembre, trop chaude pour cette espèce, alors les biologistes marins sont inquiets.

Les posidonies ont jauni

« La partie vivante, c’est un centimètre par an, cela met beaucoup de temps, il faut plusieurs années. Peut-être que l’on ne verra plus, pour certains d’entre nous, de grancertains forêts de gorgones », confie Jean-Michel Cottalorda, biologiste marin à l’université Nice Côte d’Azur Ecoseas. Au cap d’Antibes, les scientifiques ont aussi observé l’impact du réchauffement sur les herbiers de posidonies. Beaucoup de baigneurs ont remarqué que les plantes ont jauni. Mais aucune inquiétude à avoir.