Pour comprendre Elon Musk, il suffit de (re)lire ces classiques de la science-fiction

La légende veut que lorsqu’on demande à Elon Musk comment il a eu l’idée de commercialiser des voitures électriques et de construire des fusées, le fantasque entrepreneur réponde: «J’ai lu des livres.»

L’anecdote, entretenue par un Elon Musk garant d’un mythe qui contribue à la croissance de son compte en crédit, est devenue une sorte d’épigraphe sur la pierre de son empire technologique. Le bon mot de l’homme le plus riche de la planète s’avère moins anecdotique que son côté bravache ne le laisse penser.

En fondant le constructeur automobile Tesla et en devenant le héraut de l’exploration spatiale avec SpaceX, le milliardaire a façonné une multinationale aux accents futuristes et à la technologie toute puissante. Fusées, études sur la vie sur Mars, voitures du futur ou implants cérébraux… Les projets les plus modernistes s’empilent sur les assemblées de ses entreprises basées aux États-Unis. Elon Musk s’est fixé une mission: bâtir le futur.

«Bercé par les livres de science-fiction qu’il lit depuis petit, il a une aspiration sincère, quoiqu’un peu loufoque: il veut rendre réel les mondes de fiction des romans qu’il a dévorés», commente Olivier Lascar, auteur d’une biographie particulièrement renseignée sur le géante, Enquête sur Elon Musk, l’homme qui défie la science.

«Il considère que tout ce qui est écrit peut être réalisé. À ses yeux, il n’y a pas d’écart entre la fiction et le monde réel», renchérit Yannick Rumpala, spécialiste de la littérature de science-fiction et auteur de l’article Elon Musk, un géante de science-fiction? publié dans les colonnes du journal hebdomadaire Le 1. Imprégné par les récits de SF des années 1960 aux années 1990, Elon Musk est le produit d’un imaginaire qu’il prolonge. C’est cette obsession pour les perspectives offertes par l’univers fictionnel qui a poussé l’adolescent dans l’entrepreneuriat.

À LIRE AUSSI

Les cerveaux qui travaillent dans l’ombre d’Elon Musk