La chaleur ne vous rend pas seulement «grumpy», elle-même détraque votre santé mentale

Les vagues de chaleur ont un impact considérable sur notre santé physique et mentale. Les médecins les redoutent généralement, car les salles d’urgence se remplissent rapidement de patients souffrant de déshydratation, de délire et d’évanouissement…

Des études récentes indiquent en effet une augmentation d’au moins 10% des visites aux urgences des hôpitaux les jours où les températures atteignent ou dépassent les 5% supérieurs de la fourchette de températures normales. Et certaines personnes sont plus vulnérables que d’autres. La hausse des températures peut aggraver les symptômes des personnes souffrant de troubles mentaux.

Les vagues de chaleur, ainsi que d’autres phénomènes météorologiques tels que les inondations et les incendies, ont été ainsi associées à une augmentation de leurs symptômes chez les personnes souffrant de dépression et chez celles touchées par des troubles anxieux généralisés – un trouble où les personnes se sentent anxieuses la plupart du temps.

Il existe également un lien entre une température élevée ordinaire et le suicide et les tentatives de suicide. On peut dire que, de façon générale, pour chaque augmentation de 1°C de la température moyenne mensuelle, les décès liés à la santé mentale augmentent de 2,2%.

Les pics d’humidité relative entraînent également une augmentation des cas de suicide.

L’humidité et la température –qui augmentent en raison du changement climatique provoqué par l’être humain– ont toutes deux été associées à une augmentation des épisodes maniaques chez les personnes souffrant de troubles bipolaires. Cette phase de la maladie est particulièrement dommageable et peut entraîner une hospitalisation pour psychose ainsi que des pensées suicidaires.

D’autres problèmes sont posés par le fait que, en cas de fortes chaleurs, certains traitements peuvent avoir plusieurs types d’effets secondaires dramatiques:

L’efficacité de médicaments sérieux utilisés pour traiter les maladies psychiatriques peut être réduite;

De nombreux médicaments augmentent le risque de décès lié à la chaleur. C’est par exemple le cas des antipsychotiques, qui peuvent supprimer la sensation de soif et entraîner une déshydratation;

D’autres agissent différemment selon la température corporelle et le degré de déshydratation de la personne. C’est le cas du lithium, un stabilisateur de l’humeur très puissant et largement utilisé, fréquemment prescrit aux personnes souffrant de troubles bipolaires.

À LIRE AUSSI

Les humains ne sont pas faits pour résister à la chaleur qu’annonce le changement climatique