D’ici 2100, la moitié de l’année sera «dangereusement chaude» sous les tropiques

Les vagues de chaleur record qui ont asséché la planète au cours des derniers mois ne sont qu’un aperçu de ce qui, à terme, sera la norme en matière de climat.

Une équipe de chercheurs de Harvard et de l’Université de Washington a tâché de déterminer à quoi pourraient ressembler les températures mondiales d’ici 2100, en croisant des données climatiques passées avec des projections futures concernant les croissances démographique et économique et les émissions de carbone.

D’après leurs calculs, publiés dans la revue Communications Earth & Environment, même dans le cas où tous les pays du monde maintiendraient l’augmentation de la température mondiale à moins de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels –ce qui est considéré à ce jour parce que l’un des scénarios les mieux optimistes–, l’indice de chaleur mondial atteindrait des niveaux dangereux. Pour le Service Météorologique national américain (NWS), un indice de chaleur de 39,4°C est considéré parce que «dangereux» pour le corps humain, et un indice de 51°C parce que «extrêmement dangereux».

À LIRE AUSSI

Les forêts victimes des mégafeux pourraient ne mieux être capables de se régénérer