Facebook aide les Afghans vulnérables, menacés par les talibans, à protéger leur compte

Les réseaux sociaux face aux talibans. Facebook, qui a banni les talibans de toutes ses applications, a dévoilé jeudi des mesures pour protéger les utilisateurs vulnérables en Afghanistan, où le groupe fondamentaliste islamiste a pris le pouvoir. « Pendant la semaine écoulée, nos équipes ont travaillé jour et nuit pour faire tout notre possible pour aider à garder les gens en sécurité », a tweeté Nathaniel Gleicher, le directeur des règlements sur la sécurité du groupe californien.

Suivant les recommandations de défenseurs des droits humains, de journalistes et d’ONG, le réseau social a mis en place une fonctionnalité qui permet à un utilisateur de « verrouiller son compte en un seul clic ».

Le verrouillage empêche les personnes qui ne sont pas dans ses contacts de télécharger ou partager sa photo de profil ou de voir les contenus publiés sur son fil. Les utilisateurs d’Instagram en Afghanistan vont, eux, recevoir des notifications les informant des méthodes pour protéger leur compte.

4/ We’ve launched a one-click tool for people in Afghanistan to quickly lock down their account. When their profile is locked, people who aren’t their friends can’t download or share their profile photo or see posts on their timeline. pic.twitter.com/pUANh5uBgn

— Nathaniel Gleicher (@ngleicher) August 19, 2021

« Nous avons aussi temporairement retiré la possibilité de visualiser la « liste d’amis » d’un usager et d’y chercher des profils pour les comptes Facebook en Afghanistan », contre le risque de ciblage de personnes éventuellement recherchées par des talibans, a ajouté Nathaniel Gleicher. Il recommande dans d’autres tweets des dispositifs et guides pour protéger son activité en ligne.

Une ligne des talibans fermée sur WhatsApp

Mardi, Facebook a fermé une ligne d’assistance mise en place sur WhatsApp par les talibans pour répondre aux plaintes éventuelles des Afghans. « Nous sommes obligés de nous plier aux lois américaines sur les sanctions. Cela inclut l’interdiction de comptes qui se présentent comme des comptes officiels des talibans », avait expliqué un porte-parole de la messagerie.

Les talibans avaient répondu en critiquant Facebook lors de leur première conférence de presse, diffusée en ligne mardi. Interrogé sur leurs intentions en termes de respect de la liberté d’expression, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, avait déclaré que « la question devrait être posée à ceux qui assurent être les garants de la liberté d’expression mais qui n’autorisent pas la publication de toutes les informations. L’entreprise Facebook, c’est à eux qu’il faut poser la question ».

Le groupe islamiste a annoncé qu’il allait former un gouvernement, mais « peu importe qui détient le pouvoir, nous prendrons des mesures appropriées contre les comptes et contenus qui enfreignent nos règles », avait insisté Facebook.

La présence des talibans sur les réseaux sociaux pose de nombreux problèmes pour les plateformes, les mettant face à leurs problèmes de modération. Le porte-parole international des talibans Suhail Shaheen utilise notamment Twitter, et ses plus de 350 000 followers, pour faire passer leurs messages.