Antivax jusqu’à son lit d’hôpital, un responsable républicain meurt du covid

Il aura eu au moins le mérite de porter ses idées jusqu’au bout. Pressley Stutts, un responsable républicain de 64 ans, a trouvé la mort jeudi 19 août après avoir contracté le Covid-19. Membre du parti républicain de Caroline du Sud, Stutts était un fervent partisan des théories du complot autour de la pandémie, qu’il aura continué de répendre jusqu’aux soins intensifs.

Le sexagénaire estimait que le covid «est une arme biologique mortelle exercée contre la population du monde par des ennemis étranger et peut-être domestiques». Cependant, s’il croyait donc bien à l’existence et à la dangerosité du virus, il était aussi vent debout contre les mesures sanitaires.

Déjà hospitalisé avec des symptômes graves du Covid, l’homme politique continuait de s’opposer aux obligations de vaccination ainsi que de port du masque. Son État, la Caroline du Sud, fait face à une recrudescence des cas à cause du variant Delta, et seule 42% de la population est vaccinée.

Complotisme chevillé au corps

Stutts était aussi persuadé que Donald Trump a bien gagné les élections présidentielles l’an dernier. Une théorie du complot qu’il se félicitait de mettre en avant même à des moments peu opportuns.

Sur Facebook, Stutts expliquait que «Chaque jour à l’unité de soins intensifs, ils me font passer un test cognitif en me posant des questions comme la date, où je suis etc. Ils me demandent toujours qui est le président et je leur répond à chaque fois que le président est TOUJOURS Donald J. Trump! Ils ne vont pas m’avoir avec un poseur qui s’appelle Joe!»

Stutts peut reposer en paix, sa relève est déjà assurée. Le sexagénaire était un soutient majeur de Lin Wood, un avocat pro-Trump disciple de QAnon, à l’élection à la tête du parti républicain de Caroline du Sud. Après l’intubation de Stutts, Wood a conseillé sur Telegram d’«évite[r] les hôpitaux à tout prix».