Comment vos enfants voient votre travail

Ils ont assisté à presque toutes vos conférences, sont parfois intervenus dans vos appels vidéo et vous ont entendu râler après votre patron. Avec l’explosion du télétravail et l’école à distance, toute une génération d’enfants ont eu l’occasion sans précédent d’observer leurs parents au travail, changeant ainsi leur perception du monde adulte. Voici le témoignage de cinq petits Américains, recueillis par le Wall Street Journal.

Moseti Phelps, 6 ans

Durant le confinement, Moseti a suivi l’école à distance, aux côtés de sa mère Brigit, qui travaillait à la maison en tant que directrice adjointe de banque. Il a ainsi pu l’observer gérer les requêtes de la clientèle, former les nouveaux employés, travailler sur un tableur ou encore organiser des appels vidéo. «Elle essaie d’avoir de l’argent pour une banque», résume Moseti. «Des fois, il y a des urgences», se rappelle-t-il lorsque Brigit montait dans une chambre en emportant son ordinateur pour effectuer un appel dans une pièce silencieuse. Quand on lui demande s’il voudrait lui aussi travailler dans une banque plus tard, il répond: «Peut-être. Mais ce qui ne m’intéresse pas, c’est que ça dure toute la journée.»

Kaili Milano, 8 ans

«Il écoute et tape beaucoup sur son clavier. Des fois, il recherche des trucs sur son téléphone.» Kaili n’est pas sûre d’avoir compris ce que son père, employé d’une société de gestion de contenus, fait pour gagner sa vie. «Il y a un grand écran sur son bureau, un ordinateur portable et son téléphone. Et beaucoup de papiers en désordre», décrit l’enfant. Aimerait-elle faire le même travail que son père plus tard? «Non, il ne fait que taper sur son clavier toute la journée.» Kaili préfèrerait devenir vétérinaire.

Leo Alexander, 10 ans

Avant la pandémie, Leo accompagnait souvent sa mère actrice à des auditions, mais il ne pouvait jamais la voir en action. L’année dernière, tous deux à la maison pendant le confinement, il a enfin pu la regarder passer ses castings, sur Zoom. «Je la vois sous un nouveau jour», s’émerveille l’enfant. Pour l’aider à se préparer, Leo lui lisait des lignes de script. L’enfant confie être surpris par le talent de sa mère: «Parfois, j’avais l’impression de parler au personnage et que ma mère avait été emportée sur une autre planète.»

Gian Spadaro, 10 ans

Grâce au confinement, Gian a découvert une nouvelle facette de sa mère, qui alterne entre son métier d’agente immobilière et un site web où elle vend des produits pour animaux de compagnie. «Elle travaille très dur», dit-il fièrement. Ce qu’il préfère observer, c’est sa technique de vente immobilière. «Les gens lui disent ce qu’ils veulent dans une maison et elle leur dit qu’elle trouvera ce qui leur faut. Elle est très douée pour trouver des maisons.»

Donovan Garrido, 11 ans

«Les mots qu’il emploie sont différents de ceux qu’il utilise quand il me parle», raconte Donovan, qui aime écouter son père, conseiller financier, quand il est au téléphone. À force de l’observer, il a compris ce qu’était un délai. «Parfois, il a beaucoup de choses à gérer. Et d’autres jours, il n’a presque pas de travail.» Même si son père semble apprécier son métier, Donovan n’est pas sûr de vouloir exercer le même plus tard. «Des fois ça a l’air amusant, et d’autres fois non. Puis je n’aime pas l’idée de me lever à 6h et de rentrer chez moi à 20h.»

Article précédentVous avez la criminalisation facile !
Article suivantRépartition